La sexploitation négrocratique de la femme blanche : un racisme ultra-tabou - Partie #2

Partielle mise en lumière d'un des aspects les plus occultés et tabous du racisme le plus sournoisement répandu, normalisé et protégé en France, à savoir le suprémacisme noir. Du mythe de supériorité sexuelle des hommes noirs vis-à-vis des hommes blancs forgé et ancré par les porteurs de cette idéologie très pervertissante a découlé une perversion (par négrocratisme) de la sexualité d'un nombre considérable de femmes avec l'émergeance d'une véritable religion du cocufiage de l'homme blanc. Conditionnés à se considérer eux-mêmes comme inférieurs du seul fait de leur blancheur, beaucoup d'hommes blancs voient leur auto-racisme les faire sombrer dans les abysses de l'indignité sur le plan sexuel et devenir de véritable fanatiques de leur propre humiliation. Une ignominie refoulée qui se traduit concrètement chez ces sujets par une hypersusceptibilité fasciste face à la moindre remise en cause du négrocratisme.



La partie #1